• A
  • A
  • A
  • ABC
  • ABC
  • ABC
  • А
  • А
  • А
  • А
  • А
Regular version of the site

Article

Les études médiatiques dans les BRICS contre les bases de données occidentales: critique de la domination académique anglophone.

HERMES (France). 2017. Vol. 17. No. 79. P. 62-68.

L’idée de cet article est de mettre en question l’approche bibliométrique dans les recherches en matière des médias dans les pays BRICS. Cette approche est de plus en plus utilisée dans l’évaluation académique et d’une manière paradoxale de plus en plus dans les pays de « la nouvelle croissance économique », dont BRICS représentent un cas important. Dans ces pays les gouvernements sont même plus impliqués dans la construction des « universités d’excellence », un nouveau modèle qui remplace l’université comme institution de la reproduction de la culture. Dans ce processus les bases des données des publications académiques deviennent un instrument important de l’évaluation managériale de l’efficacité de l’Université qui constitue à son tour le système des classements dans lequel les établissements russes, chinois, brésiliens deviennent de plus en plus présents. L’étude empirique sur les outils bibliométriques numériques montre clairement que la bibliométrie numérique privilégie davantage des publications anglophones ce que largement contribuent à la domination dans le raisonnement scientifique, les idées véhiculées par des revues scientifiques de la culture empirique anglophone issue des sciences sociales ce que dévalorise la tradition des sciences humaines plus cher à l’école française.

La deuxième conclusion que l’auteur tire de cette étude est qu’il est fort difficile de parler d’un groupe particulier des publications des études médias dans les BRICS tout simplement parce que d’une manière théorique ce groupe est très hétérogène. Parmi toutes publications qui sont indexées dans le domaine des communications et cultural studies dans les pays BRICS, 2/3 des publications sont chinoises ce que rend ce pays incomparable avec d’autres.

Autre conclusion est qu'appart l’Afrique du Sud où les revues anglophones sont très présentes les autres pays sont très détachés de l'agenda mondial des publications : les études brésiliennes et russes sont très peu citées par le monde anglophone et vice-versa. Cela est compréhensible du point de vue des classements universitaires dont le système a commencé à affecter ces pays dans le temps assez récent.