• A
  • A
  • A
  • ABC
  • ABC
  • ABC
  • А
  • А
  • А
  • А
  • А
Regular version of the site

Book chapter

Ittum « signe » et ittum « moment » en paléobabylonien

P. 47-78.

Les volumes des deux grands dictionnaires contenant les entrées pour le(s) mot(s) ittum ont paru il y a plus d’un demi-siècle. Depuis, deux études détaillées du vocable, ainsi que plusieurs publications concernant ses aspects particuliers, on vu le jour ; le nombre d’attestations a aussi beaucoup augmenté. D’ailleurs, toutes les bonnes idées d’études antérieures à 1960 n’avaient pas trouvé leur chemin dans les dictionnaires. Il est donc temps de dresser un nouveau bilan sur le vocable ittum.

La présente étude ne porte que sur la langue paléobabylonienne, y compris le dialecte hymnico-épique. Les exemples du vocable provenant d’autres dialectes akkadiens, ainsi que les listes lexicales, ne seront cités que lorsque ce sera nécessaire pour éclaircir tel ou tel sens de ittum attesté en paléobabylonien.

Les résultats de l’investigation peuvent être résumés de la manière suivante. En paléobabylonien, il existe au moins deux mots homonymes, aux étymologies différentes :

- ittum « signe », remontant à la racine protosémitique nominale *ayat- « signe » ; les sens concrets attestés pour ce mot sont « signe omineux », « signe particulier » et « rappel » (§ 2).

- ittum « moment, date », provenant de la racine protosémitique verbale *wˤd « fixer l’heure » ; en particulier, la phrase ana ittīšu a un sens idiomatique « dans le délai d’un an » dans les contrats de prêt (§ 3).

Plusieurs attestations du vocable ittum proviennent de contextes problématiques. Certaines d’elles peuvent appartenir à des homonymes, ou des sens dérivés, d’ittum « signe » qui n’ont toujours pas été identifiés avec précision (§ 4). D’autres exemples présumés de ittum « signe » ou ittum « moment » ont disparu suite à la réinterprétation des contextes respectifs (§ 5). En particulier, les formes écrites i-da-at en paléobabylonien n’ont rien à voir avec ittum « signe » et doivent être attribuées à un mot différent (§ 6).